Report du colloque “La fin du monde est remise à une date ultérieure: mythologies de la fin du monde et de l’éternel retour”

« Chères lectrices et chers lecteurs de M@GM@.

En ces jours difficiles nous sommes avec vous de tout notre cœur ainsi que nos pensées.

Nous regrettons de vous annoncer la nécessaire procrastination du colloque d’études “La fin du monde est remise à une date ultérieure : mythologies de la fin du monde et de l’éternel retour”, conscients que cette grave urgence sanitaire comporte des renonciations indispensables afin de soutenir les efforts des femmes et des hommes qui risquent leur vie pour aider ceux qui en ont besoin.J’espère embrasser bientôt les amis et collègues de FuturHebdo qui par leur généreuse disponibilité et collaboration partagent avec nous une recherche qu’interpelle la vie en commun et sa perception, avec la sensibilité et l’état d’esprit caractérisant notre propension synergique à privilégier et partager idées et valeurs bénéfiques. Notre appel à communication et publication sera de nouveau relancé, nous répondrons aux adhésions et propositions d’intervention envoyées à la rédaction lorsque les conditions le permettront.

Merci de tout cœur à Luc Dellisse, Christian Gatard et Jean-Jacques Vincensini, leur retour renouvelé en Sicile, en compagnie de Delphine Volange et Olivier Parent, il est donc remis à une date ultérieure ainsi que la fin du monde, à l’exception de leur amitié et leur adhésion à l’héritage poétique de l’espace insulaire, coextensifs avec ce besoin vital d’amour indispensable à la vie.

Nos sincères remerciements vont aux personnes et aux institutions qui ont offert leur collaboration pour la préparation et l’organisation de la conférence : à l’Université de Catane en la personne du professeur Guido Nicolosi (président du Cours de Maîtrise en Sociologie des réseaux, information et innovation, Département de Sciences Politiques et Sociales), au professeur Carlo Pennisi (directeur du Centre de recherche Laposs – Laboratoire de Planification Expérimentale et Analyse des Politiques Publiques et Services à la Personne), au professeur Giuseppe Vecchio (directeur du Département de Sciences Politiques et Sociales) ; à l’Institut Français de Palerme en la personne de son directeur Eric Biagi et de la responsable à la coopération linguistique Valérie Le Galcher-Baron ; à l’Alliance Française de Catane en la personne de son président, la professeure Chiara La Russa Sudano ; à l’Établissement d’enseignement supérieur E. Fermi – F. Eredia de Catane en la personne du dirigeant, la professeure Maria Giuseppa Lo Bianco; et enfin, à l’Antica Dolceria Rizza Cioccolato di Modica IGP, en la personne de Giuliana Avila Di Stefano en tant que responsable marketing et communication. »


Orazio Maria Valastro
, 10 mars 2020.
Sociologue, docteur de recherche en sociologie (Université Paul Valéry), fondateur et directeur scientifique de M@gm@ Revue internationale en sciences humaines et sociales, directeur scientifique des Ateliers de l’imaginaire autobiographique de l’organisation de volontariat Les étoiles dans la poche.

 

« Chers lecteurs de la revue M@gm@.
Nous sommes tous Italiens, nous sommes tous Siciliens. Haut les cœurs.

Le monde ralentit. Il va faire du sur place quelque temps. La vitesse du monde réel (l’est-il vraiment ?) va faire une pause. Le monde imaginaire, lui, (le seul réel ?) est en train de prendre sa revanche. Le doute n’est plus permis. Nous devons repousser l’échéance du 8 avril.

Prenons le pari que nous allons pouvoir revenir bientôt – peut-être à l’automne – et annoncer triomphalement la puissance de notre Controverse.

Bien entendu, l’évènement tout autant chaotique que symbolique que nous vivons avec le Covid-19, sera d’une façon ou d’une autre digéré par nos intestins habiles et revisité par nos cerveaux rusés. Après tout, d’après nos calculs techniques, spirituels et prospectivistes, la Fin du Monde est repoussée d’au moins la période qui séparera le 8 avril 2020 de la date à laquelle nous allons mettre en scène notre évènement. C’est toujours ça de gagné. Quoiqu’il en soit gardons bon moral.

Nous sommes de tout cœur avec vous et nous allons vous faire parvenir bientôt quelques réflexions sur la gestion possible de cette procrastination involontaire due au Covid dont on sait désormais que c’est l’acronyme de An another Case Of the Vicious Indifference of the Divine towards mankind, 19 ème occurrence. Nous ferons le point sur les 18 premières dans quelque temps.

Nous vous embrassons. »

Christian Gatard, Jean-Jacques Vincensini, Delphine Volange, Olivier Parent, Luc Dellisse – FuturHebdo Magazine de sociologie du futur et prospectives stratégiques, 12 mars 2020.
Christian Gatard – sociologue, entrepreneur culturel, essayiste, romancier, fondateur de l’Institut International d’Études Qualitatives ChristianGatard & co (Paris), associé du Comptoir prospectiviste.
Jean-Jacques Vincensini – professeur émérite en langue et littérature médiévales, Université François Rabelais-CESR (Tours).
Delphine Volange – chanteuse et parolière. Ses spectacles sollicitent l’attention à la beauté et engagent notre regard en ce qui concerne les destins terrestres. Elle a fondé la Raison des Roses, une exploration de nos liens intimes avec la splendeur des événements cosmiques.
Olivier Parent – prospectiviste, auteur, fondateur de FuturHebdo Magazine de sociologie du futur et prospectives stratégiques et du Comptoir prospectiviste, bureau d’études de prospective.
Luc Dellisse – professeur de scénario à la Sorbonne, à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle (Esra) et à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

« La mémoire est un sélecteur merveilleux. Elle nous fait voyager librement dans notre géographie intérieure. Par elle, la Sicile est en moi depuis trente ans. Durant les longues périodes où je ne peux pas y être physiquement, je la parcours en esprit. J’y retrouve, au carrefour du monde antique et de la vie moderne, un sentiment de durée et une dimension tellurique de l’existence, qui me comblent et me redonnent toutes mes forces d’avenir.

Si le colloque prévu en avril est reporté à une date ultérieure, il commence pourtant, sans attendre, à partir de Catane, par l’action souterraine que nous menons, que nous faisons circuler, et qui nous relie à Orazio Maria Valastro. C’est lui, qui, là-bas, debout, avec son mélange imbattable de fantaisie et de sérieux, assure un rôle de vigie, face à la fin du monde qui ne viendra pas et face à la mer éternelle. »

Luc Dellisse, 12 mars 2020.
Professeur de scénario à la Sorbonne, à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle (Esra) et à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

« Chers abonnés. Le Destin frappe encore et toujours ! La menace virale est son visage de l’année 2020. A cause de lui, je suis obligé, à contre cœur, très sincèrement, de reporter mon intervention à une date ultérieure, lors du colloque que nous ne manquerons pas d’organiser dans un proche futur. Sursum corda ! »

Jean-Jacques Vincensini, 11 mars 2020.
Professeur émérite en langue et littérature médiévales, Université François Rabelais-CESR (Tours).

« Chers amis et collègues, c’est avec un grand regret que je dois vous informer de la nécessité de reporter à une date ultérieure notre intéressante conférence prévue pour le 8 avril 2020, en raison des règles désormais connues, établies par les autorités publiques, concernant la propagation du coronavirus Covid-19. Je suis sûr que vous comprendrez les raisons de la nécessité et de l’urgence motivant ce renvoi. La pertinence et l’importance, d’autant plus justifiées par le thème du colloque d’études, nous obligent cependant à nous réunir au plus vite (raisonnablement en automne), afin de montrer que la fin du monde est certainement à reporter à une date ultérieure ! »

Guido Nicolosi, 11 mars 2020.
Président du Cours de Maîtrise en Sociologie des réseaux, information et innovation, Département de Sciences Politiques et Sociales, Université des Études de Catane.