Mythanalyses sensibles et vagabondes


Séminaire de recherche Éthiques & Mythes de la Création (EMC)  2014- 2015

Sous la responsabilité de Sylvie Dallet

Labellisations : CHCSC/Université de Versailles Saint-Quentin Paris Saclay et Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord.

Programme de recherche international, « Éthiques de la Création », Institut Charles Cros.

Partenariat Société Internationale de Mythanalyse et Innovaxiom.

Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord (20 rue Georges Sand- Saint Denis)

2 Décembre 2015, de 14 heures à 17 heures 30

Mythanalyses sensibles et vagabondes…

Retours d’expériences. Avec Orazio Maria Valastro (Sociologue-université Montpellier, Directeur scientifique de M@gm@, Sicile), Ana Maria Pecana (Sociologue et muséographe, Brésil/France), Corine Le Carrer (ethnobotaniste, Amérique centrale), Véro Béné (graphiste, dessinatrice)

Sylvie DALLET :   Aller de » l’ordre des choses » au « vieux désordre de la création »

Ana Maria PECANHA :  Petits récits cousus de mythologie : de la fourmi tisserande aux costumes de théâtre de Bakst

Résumé : Comment l’histoire de la construction du nid de la fourmi tisserande, produit de son travail ininterrompu et obstiné peut-il être relié à la création totalement poétique et symbolique du travail de Léon Bakst soit-il pour les Ballets russes, la scénographie, la mode, la création et l’art ?

Parce que, et je le crois fièrement,  la vie et la mode peuvent être comprises comme étant un état d’esprit prenant ses sources dans l’univers créateur de l’art et du mythe …Peut-être, avons-nous besoin « d’être humble et enthousiasmé », pour vivre dans le bonheur,  qui en grec,   signifie littéralement « garder un dieu en soi » !Notre expérience de la vie est le résultat  de nos origines, de notre ressenti et de la compréhension que nous avons du monde auquel nous appartenons. Les transformations acquises sont le résultat du travail d’une pensée à l’œuvre.

Ici, ces petits moments vécus relatent combien les techniques de précision peuvent construire en beauté  un nid,  qui révèle  un parcours obstiné et onirique de la parure.

CV : Sociologue et muséologue, vit et travaille en France depuis 1998.

Chercheuse associée au Laboratoire d’Éthique Médicale & de Médecine Légale – EA4569 « Éthique, Politique & Santé », dirigé par Christian Hervé, Université Paris Descartes. Centre Universitaire des Saints Pères, Paris. Responsable du Séminaire Franco Brésilien.

Au Brésil, doctorat en sciences de la communication à USP, en 2001. « Le miroir de sorcière : Mode, beauté et séduction », dirigé par Tupã Gomes Corrêa. En France, doctorat en sociologie, Université Paris Descartes, Sorbonne, 2008. « La soie déchirée. La Mode comme état d’esprit de la postmodernité » Et quelques études postdoctorales, sous la direction du professeur Michel Maffesoli, entre les années 2007 – 2012. Responsable du Séminaire Franco Brésilien à partir de 2008, et du Gemode (2001-2008) au Ceaq.

Chercheuse au sein du Groupe ETHOS: Communication, Comportement et Stratégies Corporelles. Université Fédéral de Rio de Janeiro. Direction Nizia Villaça. Collaboratrice à l’Osservatorio Processi Comunicativi. Associazione Culturale Scientifica.

Muséologue. Conférences, cours d’histoire de l’art. Université Populaire de Caussade. 2011, 2012, 2013. Membre du Groupe d’études C. G. Jung, et membre de l’Association « Marie-Louise von Franz et Carl Gustav Jung ».

Orazio Maria VALASTRO : Quêtes mytho-biographiques

Résumé : Le titre suggestif de cette rencontre, Mythanalyses sensibles et vagabondes, sollicite pleinement ma pratique de la sociologie et de la formation à l’écriture de soi. Cette expérience qui prend forme de la narration et à l’écriture d’histoires de vie, nous apprend à voir ce que les autres ne voient pas encore, ce désir de fabulation à la recherche d’une narration pour comprendre l’étrangeté du monde. L’exigence contemporaine de mise en récit du vécu de femmes et d’hommes, est pénétrée par un besoin vital d’amour dans le mouvement de l’écriture, transformant un exercice funambulesque, en dehors du flux de l’existence, dans une posture d’écoute sensible pour vivre poétiquement la vie. Écrire sa vie, il n’y a pas de chose plus difficile. C’est une aventure pédagogique, un voyage dans des territoires nocturnes, symboliques et existentiels, qui transcendent la personne  au travers une pluralité de mondes et d’existences. Fabulation et création poïétique nous permettent d’explorer une narrativité mythique animant un désir de soi et du monde. Celle-ci réenchante notre rythmique existentielle, dans l’interdépendance des rythmes biologiques et psychologiques, anthropologiques et cosmiques. Considérer l’écriture de soi dans cette perspective, offre au mythe contemporain de la quête, des quêtes mythobiographiques, pour rendre présente et visible la vie, dans son inconciliable beauté et l’altération de l’existence humaine.

CV: sociologue et chercheur indépendant, Orazio Maria Valastro vit en Sicile. Membre de la Société internationale de mythanalyse, a fondé en 2002 et dirige les publications de M@gm@, revue internationale en sciences humaines et sociales. Formateur autobiographe dans les écritures relationnelles de soin, diplômé à la Libre Université de l’Autobiographie d’Anghiari, dirige depuis 2005 les Ateliers de l’imaginaire autobiographique de l’organisation de volontariat Les étoiles dans la poche: un projet d’éducation socioculturelle de l’expérience de la narration et de l’écriture de soi, partageant une pédagogie de la mémoire et de l’imaginaire et une éthique de l’écoute sensible de soi et de l’autre. En 2012 il a créé Thrinakìa, un concours international d’écritures autobiographiques dédiées à la Sicile. En France, il a étudié la sociologie à l’Université René Descartes et l’imaginaire dans l’écriture de soi avec son doctorat en sociologie à l’Université Paul Valéry. En Italie il s’est perfectionné en Théorie et analyse qualitative à l’Université La Sapienza de Rome.

Parmi ses publications récentes en langue française : la direction d’un projet de recherche international de la revue M@gm@, Mythanalyses postmodernes de la santé mentale (Les Cahiers de M@gm@, Roma, Aracne Editrice, 2014) ; un article sur la fabulation et l’imaginaire dans les récits contemporains de la Sicile, Mythanalyse de l’Île : polysémie de l’imaginaire de Thrinakìa (M@gm@, vol.12 n.3, 2014) ; un recueil d’articles autour de l’écriture de soi, Écritures sociologiques d’ailleurs (Les Éditions du Net, 2013).

Corine LE CARRER : L’humain arboré dans la société ngäbe de Panama

Résumé : À l’image de la plante adventice ka qui donne son nom à un des cycles cérémoniels, les Indiens ngäbe (du Panama et du Costa Rica) représentent la croissance des hommes de manière similaire à celle des végétaux, eu égard aux temporalités des productions vivrières, différentes selon qu’il s’agit de celles des arbres ou des plantes. À un niveau, la femme est comparable à un arbre inaugurant sa fécondité par le premier enfant conçu, l’enfant mubae, dont l’identique sur le plan arboricole est le premier cacao de la première fructification du cacaoyer, kwa mubae. On abordera en particulier la descendance des humains et les échanges faits avec des arbres spécifiques de l’environnement de cette société.

CV : Corine Le Carrer a soutenu sa thèse en 2010 à l’EHESS sur les rituels de vie constituant la société des Ngäbe du Panama, en parallèle de ses activités à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme. Elle poursuit ses recherches en particuliers sur le cacao et ses rites en lien avec la connaissance chamanique.

Véro BÉNÉ : Les esprits du lieu : méthodes et chemins de la création artistique

Résumé : Le souvenir des grands mythes reflue sur les rives de l’Allier ; la plage forme un théorème de pierre et d’eau, un lieu achevé et pourtant en attente. C’est là que “le grand sauvage à tête de chien” traversa la rivière en crue, portant l’enfant qui bénissait le monde.

De l’union de l’antique géologie et de la légende, naît cette ponctuation de l’espace qu’est le Lieu,  passage obligée de l’apparition. Lorsque le temps s’abolit, le monstre mythologique surgit du paysage, permettent la capture de l’imaginaire par le geste et par le dessin. Je reste, en chasseresse tapie, auprès de ces espaces obscurs, où le paysage rencontre la mémoire longue du mythe – et le permet.

CV : Véronique Béné vit et travaille à Chanteuges (Haute-Loire). Dessinatrice et graphiste professionnelle, diplômée de l’ENSAD (Arts Déco Paris), elle a créé l’Agence Vivadesign (www.vivadesign.fr). Collabore au Festival des Arts ForeZtiers (Chavaniac-Lafayette) et anime un blog personnel, www.blogdulezard.net.

Download (PDF, 109KB)

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

*